Publié par Céchouette (Palilia)

Blog Claude Giraud le comédien : les noms d'oiseaux

 

 

Bonsoir tout le monde. Voyons, ça m’est égal maintenant que j’ai le feu vert qu’on m’appelle Céchouette ou Palilia. Les deux n’en font qu’une, vous pouvez les prononcer et conserver vos anciennes appellations.

 

Je nommerai Claude Giraud le père Hibou quand j’aurai besoin de parler à travers les animaux du bois de Hourtinolle. C’est pratique de parler à travers les animaux. Aujourd’hui je ne fais pas dans les films de Claude GIRAUD, je fais ma session « nature ».

 

Le ragondin trop occupé certainement à faire des dégâts dans les cultures reste dans son coin pour l’instant. J’ai trouvé chez Amédée de très beaux pièges à rats, et tout plein d’autres idées chez Gontran pour le jour où il ressortira.

 

Même Désirée l’épicière a laissé couler trois larmes et a dû essuyer ses lunettes embuées avec un bout de son tablier de devant quand elle a appris que je l’avais ressuscitée.

 

Mais elle n’avait pas du tout « mouru », elle était juste dans son carton comme les autres. Cela étant elle était tellement mauvaise que j’avais pris soin d’entourer la boîte en carton d’un très gros élastique, une « nouille » comme on dit dans les bureaux quand on veut entourer un dossier pour que tout ne s’échappe pas.

 

En parlant de bureau, savez-vous que les animaux ont autant que les humains de fort méchantes habitudes ?

 

Les chouettes revêches qui sentent de dessous les plumes par exemple dont on mesure l’ampleur des dégâts au moment où elles battent des ailes pour s’envoler, ayant mis pour cacher le tout - plutôt que d’aller faire un brin de toilette dans le ruisseau- le parfum des lilas par-dessus leur « encens » naturel polluent souvent l’odorat des autres.

 

La forêt regorge de V.I.P. (vieilles pies comme disait une ancienne collègue pensant que c’était le mot juste), de geais qui préviennent tous les habitants au moindre craquement de brindilles, d’écureuils, de mulots. Si vous apercevez un endroit un peu piétiné en rond avec des glands et des châtaignes et que vous entendez un drôle de grognement, fichez le camp ! Les sangliers, c’est dangereux.

 

Parfois au détour d’un chemin qui monte un peu vous découvrirez un vieil abreuvoir dont vous ne saurez même pas si l’eau est potable ou pas. De ça, les animaux se fichent bien tiens ! Tout autour la mousse et les fougères vous feront un décor de cinéma et si vous apercevez un éclair roux derrière un bosquet de bouleaux, n’ayez crainte c’est juste un renard.

 

Oui, l’habitat du Hibou de Hourtinolle comme le mien regorge d’arbres et d’animaux et la forêt est l’un des rares endroits où je me sens en paix avec la terre entière depuis que je suis toute petite. Là, des fleurs, crocus ou colchiques selon la saison, là petit houx (escanaclouque) ou arbre à houx, plus loin peut-être au pied des arbres les plus gros, un cèpe ? Ah, qu’elle est belle notre forêt !

 

Et mon Dobby si gentil au logis aime se promener avec moi dans les bois… il renifle chaque brin d’herbe et lape chaque flaque qu’il trouve. Juste pour s’amuser un peu et c’est entièrement vrai. J’aime bien faire 4 ou 5 km en passant par les hameaux. Ca monte et je préfère passer par le Calvaire chez nous, c’est verdoyant et plus joli. M’étant arrêtée à chaque station la fois d’avant, le chien a fait pareil le lendemain, il m’est passé devant, a fait le planton devant chaque station jusqu’à ce que j’arrive. Bon, on peut dire qu’il a reconnu peut-être son odeur mais c’était très amusant à voir. Une fois que l’on arrive sur l’esplanade, on a plein de chemins pour redescendre par le bois ; Y a même des traces de sabots de chevaux et ça je n’aime pas trop car quand il a plu les jours avant, on y glisse prestement. ah, qu’elle est belle notre forêt qui bruisse si joliment avec le souffle du vent.

 

 

 

Commenter cet article

sylvie 08/05/2016 17:49

J'aime les hiboux mais aussi les toutous surtout celui-là, beau et intelligent.

pattie 30/04/2016 00:53

Pour sûr, ton paysage est plus agréable que ma banlieue...On change ?