Publié par Céchouette

Claude GIRAUD, le comédien

 

Bonsoir à tous : aujourd’hui grande joie, j’ai eu des nouvelles de Père Hibou (Claude GIRAUD le comédien) mais je les garde pour moi. Ca l’a amusé de m’entendre dire que je l’avais transformé en Hibou et ça ne le dérange pas que je continue à mettre son nom. Bien sûr, si je l’avais eu avant le 1er avril, je n’aurais pas eu besoin de supprimer mon premier blog mais tout recommencer, c’est un véritable challenge

 

Donc je remets son nom, non sans avoir au préalable enlevé deux ou trois articles que vous avez lus, vous mes amis les plus fiables, car dès que son nom réapparaîtra sur les moteurs de recherche, ça va faire revenir quelques ragondins.

 

Je dois vous dire par contre qu’il ne souhaite pas qu’on l’appelle car il est fort ennuyé, donc il faudra vraiment que tout le monde s’y tienne. Je n’appelle pas moi-même, c’est toujours lui qui le fait. Il est impératif qu’on le laisse tranquille.

 

Et j’aime bien cette idée des animaux qui peuplent la forêt donc je continue sur ma lancée.

 

Ce soir donc, la forêt fête son renouveau avec Claude Giraud le comédien dans le rôle de Père Hibou qui nous donne un poème sur les arbres (à noter Venicol-Velofan, fais moi penser à te faire un petit cadeau télévisuel avec des trucs que les autres ont mais que toi tu n’as pas durant mes prochaines vacances, soit dans un mois).

 

Comme il me faut recopier l’intégralité de son spectacle « arbres de vie » puisque j’avais effacé tous mes articles, j’invente le poème ci-dessous en attendant de tout revisionner. Allez, Père Hibou, récitez cette histoire.

 

D’un grand bruissement d’ailes, Père Hibou alla se percher sur la plus grosse branche, un peu moussue, d’un châtaignier avant de déclamer :

 

« que poussent les fougères, qu’éclosent les bourgeons,

que s’entrouvre la terre, que volent les bourdons,

Et que monte la sève pour nourrir les vieux troncs

venez emplir ce bois, bogues, glands et chatons,

 

Mes amis qui volez, sifflez en coeur joyeux

Adorez la forêt, et plus qu’un autre lieu

Faites votre maison de brindilles de bois

d’herbes hautes et de plumes, de douceur et de soie

 

Mes amis qui rampez vous serez à coup sûr

pour certains d’entre nous un déjeuner futur

Quand le ciel pâlira, que la nuit s’étendra

Vous volerez au nid et le plus haut possible

 

Au loin des chevaux paissent, secouant leur crinière

Un renard glapit, proche du poulailler

sans avoir vu le chien qui allait le chasser,

allez Céchouette, vous pouvez continuer ».

 

Merci Claude GIRAUD le comédien : c’est dingue c’est toujours lui qui me redonne confiance. Merci, merci, merci. Et il ne me reste plus qu'à revisionner l'intégralité des films....

Commenter cet article

sylvie 08/05/2016 17:45

Contente de le savoir ravi, mais il est évident pour nous tous que ce qui fit et fait la dignité de ce blog c'est le respect de la famille hiboux. Et nous sommes d'accord avec vous.

Venicol-Velofan 26/04/2016 20:55

Merci d'avance Céchouette et contente que tu aies reçu des nouvelles du P.H alias C.G. Et bravo pour le poème. Il faut changer de métier et devenir poétesse ou conteuse ; tu nous racontais déjà beaucoup d'histoires par ke passé...

Nade 26/04/2016 08:10

excellente nouvelle, je suis contente pour toi ! C'est bien de laisser père hibou.

Céchouette 25/04/2016 22:54

mais ce sera toujours le Père Hibou avec un double nom

pattie 25/04/2016 22:17

Voilà une nouvelle qui fait plaisir à tout le monde. Patience, patience ! Père Hibou sort de son hiver auvergnat, laissons lui le temps de réchauffer ses plumes !