Publié par Céchouette (Palilia)

Bonjour à tous en ce grand pont de l'Ascension ou le soleil le dispute avec les nuages et où la chaleur est revenue.

 

Attaquant de mes doigts potelés le devant de la maison pour extraire mille mauvaises herbes qui se nichaient entre les dalles du trottoir ou entre les fissures du béton, ne pouvant utiiser de désherbant, j'ai passé l'après-midi d'hier avec une solution écologique et radicale mais qui vous laisse les mains pleines de fourmis et le dos en compote : j'ai dû utiliser le karcher. La force de l'eau fait partir l'herbe et lave le sol, vous fait gicler petits cailloux, pissenlits et autres pâquerettes en pleine face mais au moins ce n'est que de l'eau. Deux heures après c'est tout propre et il faut se remettre de l'exercice. Seul le chien était content, tout sale de la tête aux quatre pattes, mais content.

 

Alors me sont revenus en tête ces deux bouts de poésie récités (entre plusieurs autres) par Claude GIRAUD le comédien, de Jules SUPERVIELLE, en contemplant mes rosiers et mes arbustes libérés de toutes ces particules moustachues.

Claude GIRAUD dans Arbres de vie

 

J'ai vécu ça pendant sept ans. Je ne peux pas vous dire, j'étais arbre. Il faut savoir être un arbre durant les quatre saisons et regarder pour mieux se taire, écouter les paroles des hommes et ne jamais répondre. Il faut savoir être tout entier dans une feuille, et la voir qui s'envole (supervielle)

 

moi que nul regard ne contrôle je te veux visible de loin, moi qui suis silence sans fin je te donnerai la parole... moi qui ne peux pas me poser je te veux debout sur tes pieds. Moi qui suis partout à la fois je peux mettre en un endroit, moi qui suis sans cesse suprême toujours ignorant le loisir, qui n'en peux mais avec moi-même puisque je ne peux pas finir, je veux que tu sois périssable. Tu seras mortel mon petit, je te coucherai dans le lit de la terre où se font les arbres (supervielle).

 

Claude GIRAUD dans Arbres de vie

Et comme j'avais entièrement supprimé mon blog Palilia des Pyrénées avec que notre cher Homme ne m'appelle, j'avais supprimé à fond tous mes articles... donc je dois tout recommencer ce qui signifie que je dois tout re-revisionner. Comme Garde à vous Fils1 rentre dans deux heures de tous ses exercices, je ne peux accorder de temps à ces visionnages aujourd'hui.

 

Rappelons-nous que la photo ci-dessus date d'une émission télé : il y en a deux, une avec Brialy où il a évoqué son spectacle Arbres de vie et un autre avec une bonne femme que je n'aimais pas beaucoup qui avait cru faire un jeu de mot "le tour de l'arbre" qui n'a fait rire personne. C'était bien tenté ceci dit, pas placé au bon endroit quand même, mais bien tenté.

 

Bon, allez, quand on va dans les bois on finit toujours pas repartir, donc on tourne le dos et Gigi de dos, vous aviez l'habitude dans l'autre blog.

 

Et pour les inconditionnels de Claude GIRAUD dans Sébastien parmi les hommes, la maquette faite par Chickenland qui a été mise sous d'autres noms dans d'autres sites, mais celle-là c'est elle qui  l'avait faite et me l'avait envoyée.

 

 

Claude GIRAUD dans Arbres de vie
Claude GIRAUD dans Arbres de vie

Commenter cet article

Fanfanette 08/05/2016 20:01

Meme de dos on apprécie...

sylvie 08/05/2016 17:55

Bonne fin de WE à tous.

jeannette 07/05/2016 19:22

Juste un petit coucou !!Passe un agréable WE avec toute ta famille !! Bisous .

Cechouette 07/05/2016 22:21

Merci beaucoup chanette