Publié par Céchouette (Palilia)

Claude GIRAUD dans Sébastien parmi les hommes (2)

 

Bonsoir à tous :

 

Le premier épisode que j’ai raconté de façon un peu curieuse il y a quelques jours, je ne l’avais pas vu quand il était passé en été en 1971, à la suite de Belle et Sébastien qui avait fait nos midis du mois de juillet. Nous n’étions pas allées en colonie ma sœur et moi cette année-là, car l’argent devait servir à m’acheter un vélo pour aller prendre le car en bas, au village.

 

Si j’ai raté le premier épisode c’est que j’avais été invitée à passer la journée chez mon parrain et ma marraine chez qui j’ai dormi, qui m’ont raccompagnée le lendemain à la maison juste avant le second épisode et ma mère me l’avait raconté.

 

C’est donc là que j’ai vu Claude GIRAUD la première fois, dans le rôle de Pierre MARECHAL, d’où cet attachement à l’image un peu rude qu’il donnait, ténébreux et sportif à la fois, et surtout le père de Sébastien (Mehdi) qu’on avait beaucoup aimé dans Belle et Sébastien.

 

Pierre MARECHAL qui n’a pas pu voir Sylvia LAMBERT sa fiancée car elle est partie voir « des amis » pendant qu’il était à PARIS pour apprendre où vivait son fils, demande à THOMAS (harry Max) de réunir tous les employés dans la cour car son fils va venir habiter aux Jonquières. C’est court hein il dit juste : « parce que…. …. c’est mon fils ». Et personne ne se demande d’où il sort. A noter que pour annoncer l’événement, il a mis une jolie chemise grise à tout petits carreaux.

 

Sébastien arrive aux Jonquières avec son pull bleu marine à col roulé et ses bottes en caoutchouc, tenue minimaliste pour tous les protagonistes du feuilleton, dans la voiture du Notaire. Ah, ce Notaire, ce chemin qu’il fait depuis Paris ! il passe prendre les gens, les amène où ils veulent, on n’en voit plus des comme ça !

 

Belle fait peur à un cheval, Maréchal dit que le chien doit rester enfermé pour que les chevaux puissent courir avant de partir dans son bureau avec César et le Notaire pour parler un peu. On notera que les papiers n’étaient pas faits. Sébastien s’en va voir les chevaux avec Thomas, ça ne lui dit rien du tout et voilà qu’une voiture arrive : le Bertrand (Jean-Pierre ANDREANI) qui n’en revient pas d’apprendre que le petit est le fils du Patron et va se faire une joie de nous semer la zizanie pendant tous les autres épisodes.

 

Car Sylvia ne sait toujours pas que son fiancé a un fils: ce n’était pas l’époque des portables, il n’aurait quand même pas osé lui envoyer un SMS, ni des ordinateurs et au téléphone, il lui avait simplement dit de revenir… hé ben il s’est fait griller et quand il a voulu aller s’expliquer, elle lui a dit de choisir entre lui et le petit. Il n’avait pas trop le choix et même s’il a beaucoup cligné des yeux pour avoir l’air triste notre Claude GIRAUD dans le rôle de Pierre MARECHAL, il a perdu la bataille.

 

Et il est reparti chez lui dans un galop furieux pour annoncer à Thomas de dire à tout le monde qu’il ne voulait plus entendre parler de Fontenelle pour finir par « Thomas, tout est fini entre Sylvia et moi » et l’autre de répondre « J’avais compris tu sais... ».

 

Là, j’ai pleuré, beaucoup même et ce feuilleton me fait toujours pleurer tout du long mais jamais ô grand jamais aucun autre acteur ne m’aura autant marquée que Claude GIRAUD dans ce rôle et depuis si longtemps. Il est tellement crédible et il faut dire que sans Cécile AUBRY et son don pour l’écriture, je ne serai pas en train d’écrire cela aujourd’hui et vous de le lire, alors on a une pensée affectueuse pour elle qui n’est plus là.

Claude GIRAUD dans Sébastien parmi les hommes (2)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

palilia 13/05/2016 16:17

J'ai plein de trucs à faire et d'amis à voir en ce moment mais dimanche j'aurai enfin le temps de faire un article

Venicol-Velofan 11/05/2016 19:56

C'est vrai que l'on ne fait plus de tels feuilletons de nos jours... Et c'est bien dommage. Heureusement, notre époque nous permet de replonger dans notre enfance et nos souvenirs... Et c'est toujours aussi bon. Merci à toi de nous y inciter.

Fanfanette 11/05/2016 13:55

mais sans Claude Giraud, adieu le retour du père. Ce feuilleton n'aurait même pas lieu d'être...