Publié par Palilia

Claude GIRAUD Sébastien parmi les hommes

Bonsoir tout le monde : dans la colline de Hourtinolle, avec ce beau temps comme on dit, les oiseaux et les furets n’ont que faire de la télé. Cependant, quand le générique se fait entendre, tout s’arrête, chacun s’asseoit dans l’herbe fraîche pour l’écouter et le regarder. Ce soir il est dans SEBASTIEN PARMI LES HOMMES.

 

Claude Giraud le comédien, notre roi de la forêt de Hourtinolle dans Sébastien parmi les hommes, le vrai, l’unique, celui qui a fait rêver notre génération ?

 

Oui, c’est bien lui avec son pull gris, son pantalon beige d’équitation, ses grandes bottes et cette sorte de tristesse rageuse qui nous a tant marqués tous autant que nous sommes. Mais moi Palilia non Présidente, j’en ai fait ma tasse de thé, mon jambon beurre, l'histoire de mon blog et je commence à en avoir vraiment vraiment assez alors je rediffuse... jusqu'au dernier épisode (y en a 13)

 

Qu’il me soit permis ainsi de remercier encore une fois Claude Giraud grâce à qui j’ai tout repris à zéro, pour sa gentillesse et sa disponibilité envers moi malgré les vicissitudes que tout un chacun doit affronter.

Quant à Sébastien parmi les hommes, voilà l’histoire à ma façon dont Fanfanette connaît chaque brinche par coeur car elle le regarde très souvent :

 

Sébastien (joué par Mehdi le fils de Cécile Aubry) vit à Belvédère dans les Alpes avec son grand-père adoptif mais non adoptant César (Edmond Beauchamp). et Célestine (Hélène Dieudonné) l’ex gouvernante du Docteur Guillaume (Jean-Michel Audin) . Hé oui tiens… le docteur Guillaume a pris femme et enfants sous son bras pour les emmener où ? Je vous le donne en mille…. AU CANADA ! Ils y partaient tous ! Déjà Jean (- Dominique Blondeau frère d’Angelina – Paloma Matta) y était parti.

 

Pendant ce temps à Villeneuve Loubet aux Jonquières (centre équestre – j’avais eu la confirmation de cet endroit par Claude Giraud lui-même sur une dédicace), Pierre MARECHAL (Claude GIRAUD), un très très bel homme avec un pull gris et un pantalon de cheval beige et de belles bottes d’équitation entraînait des chevaux de course sous un soleil assez brûlant. Arrive Thomas (Harry Max) dont personne n’a jamais su le nom de famille mais ça c’est parce qu’à l’époque les facteurs connaissaient chaque personne dans les villages, tiens… avec une lettre recommandée pour Maréchal. Dans cette lettre, il y avait une nouvelle qui a dû lui donner bien mal au ventre. En gros, ça disait que s’il voulait savoir ce qu’était devenue Maritcha et son gosse, il fallait qu’il aille à Paris avec de l’argent liquide. Grosse stupéfaction mais en même temps il s’est rappelé de tout par la suite quand même alors on est parfois un peu sceptiques.

 

Hé oui, comment peut-on oublier qu’à cause de cette histoire il s’était pris un coup de couteau dans les côtes qui l’avait laissé pour 8 mois à l’hôpital (je me demande quand même si 8 mois ça ne faisait pas beaucoup mais c’était une autre époque). Il décida de partir à Paris voir ce qu’il en était sans en parler à Sylvia LAMBERT (Louise MARLEAU) sa dulcinée qu’il comptait épouser bientôt. Et le traître Bertrand qui n’attendait que ça pour se refaire une fortune convoitait aussi sa cousine (j’espère qu’elle était éloignée parce quand même….) et allait tout faire pour que ça se casse la pipe.

 

Parti à Paris, Pierre MARECHAL (Claude GIRAUD en costume, d’une élégance…. Magnifique) rencontre « Jeannot » qui lui parla d’un gitan Rigo, frère de Maritcha qu’il avait rencontré en prison qui souhaitait lui dire où se trouvait son fils né un 20 janvier 9 ans plus tôt pour pouvoir claquer en paix. Après, notre Pierre MARECHAL devait lui envoyer le reste de l’argent chez Tatave – Rue Mouffetard une fois que ses dires auraient été confirmés.

 

 

Et là, nous avons maître Biard (Jean Combal qui faisait le rôle du maire dans Belle et Sébastien ) dans son beau bureau de Notaire au même papier peint qu’à Fontenelle (gros gros raccourci, c’est comme la mairie pour déclarer la candidature de Monseigneur et le poste de gendarmerie, même décor) qui passe un coup de fil à Jardin un commissaire de police (si je ne me trompe), lui dit trois mots pour qu’il fasse son enquête, et on attend patiemment le coup de fil, le cendrier débordant de mégots quelques minutes plus tard.

 

On va enfin avoir trouvé un père à Sébastien, on se lâche une larmotte sur le récit si triste que fait Pierre Maréchal de sa fugue de jeunesse et on se dit que décidément, on ne la reverra pas la montagne de Belle et Sébastien.

 

Mais on s’en fiche car on connaît la fin et aussi la suite ; ce sera pour une autre fois. Et merci au progrès qui a permis que tous ces feuilletons magnifiques soient reproduits sur VHS puis sur DVD pour notre plus grand bonheur.

Claude GIRAUD Sébastien parmi les hommes
Claude GIRAUD Sébastien parmi les hommes
Claude GIRAUD Sébastien parmi les hommes

Commenter cet article

sylvie 24/04/2017 19:10

J'ai passé quelques jours auprès de "fana" de chevaux, j'imagine sans difficulté l'ambiance chez les Giraud. Je vous assure c'est très rigolo. On ne parle, on ne pense que chevaux.

Fanfanette 17/04/2017 18:21

C'est une telle belle histoire que je m'y laisse prendre à chaque fois, comme si la fin ne devait pas être la même. Rien à voir avec les séries diffusées actuellement