Publié par Palilia

Claude GIRAUD dans DIMANCHE PROCHAIN  (redif)

Bonsoir à tous : En ce samedi 22 avril où le soleil réchauffe enfin nos carcasses, de rediffuse l’histoire de cette pièce de théâtre de Pierre Charras que j’ai lue en entier sur l’avant-scène que j’ai reçu l'autre jour. 

 

Comme je suis en train d'essayer de supporter mes verres progressifs et que j'ai beaucoup de mal sur l'ordinateur, je ne me voyais pas en train de ré-écrire un Amédée et Gontran.

 

Dans l’histoire de DIMANCHE PROCHAIN (photos à la fin, à part le recto, tout le reste est en gris) il s’agit d’élections municipales. On a eu de la chance, ils ne nous ont pas fait dans la présidentielle,eux, au moins…

 

Le soir du premier tour, Maurice MICHAUX joué par Claude GIRAUD que l’on ne voit pas du tout dans la première partie, est en ballotage bien défavorable pour continuer à être le maire de sa commune. Pourtant, il a bien travaillé, est proche des habitants et est toujours passé sans problème.

 

Après être passé par les plus hautes fonctions, il avait souhaité se consacrer à sa ville. Afin de garder cette ville, un représentant de l’État-Major du « parti » dont le maire ne fait pas partie par ailleurs, arrive pour redresser la barre entre les deux tours et tenter de le faire  gagner. Celui-ci, Christian GONEAU, est joué par Yves PIGNOT que je connaissais plus pour son rôle impeccable du père bougon dans la série « en famille ». Un excellent acteur lui aussi.

 

Il tombe sur la secrétaire jouée par Annick ROUX (que je ne connaissais pas), sur André PERON (Alexis NITZER que je ne connaissais pas non plus) puis sur la femme de ménage Sylvie FEIT (inconnue pour moi aussi).

 

Ces trois-là n’arrêtent pas de lui dire que MICHAUX est un homme bon, toujours dévoué à sa commune et personne ne comprend comment cet homme peut s’être retrouvé en ballotage défavorable.

 

GONEAU finit par penser que s’il n’y a rien de mauvais dans le présent, il doit y avoir quelque chose à creuser dans le passé qu’il faudra gommer pour gagner.

 

C’est alors qu’il rencontre MICHAUX (Claude GIRAUD) qui est triste et désabusé et leur annonce qu’il fera une allocution le vendredi soir et il a déjà fait imprimer plein de prospectus qu’il ne souhaite pas donner avant son allocution mais pendant. 

 

Adopté par des parents ouvriers à l’âge de 10 ans pendant la guerre alors qu’il était devenu complètement amnésique, il s’est souvenu de tout en revenant dans son « pays » quand il était dans les hautes sphères. Cela l’a tellement bouleversé qu’il n’a voulu le dire à personne : ni à sa femme, si à son meilleur ami. Et il souhaite dire la vérité à tout le monde car il préfère ça que mentir.

 

NDLR : on aurait un monde tellement meilleur si ça se passait dans la réalité... d'où la chanson des Poppys ci-dessous (c'est comme la pause pipi d'un film pendant la pub). Excusez du peu mais avec le mal que je me donne parfois, je me récompense en disant des bêtises.

ici avec la secrétaire avec ledit Maurice a quelques "accoquinances"; tous ses amis le soutiennent sans faille

ici avec la secrétaire avec ledit Maurice a quelques "accoquinances"; tous ses amis le soutiennent sans faille

En fait, il est le fils du « boucher », un type horrible qui avait fait fusiller des gens pendant la guerre et sa mère fut tondue et tout le reste puis pendue sous ses yeux quand il était petit. Tout cela a provoqué un choc puis une amnésie et l’a rendu triste à jamais quand il s’est souvenu de tout. Afin de se racheter aux yeux de sa mère disparue, il cherchait à tout prix à se rappeler la comptine qu’elle lui chantait souvent. Il commença la chanson et… c’est la femme de ménage qui la lui a terminée.

 

Voilà comment ça se termine (il a été réélu bien sûr). Un rôle dans lequel Claude GIRAUD a dû exceller : il a un pavé de texte à proclamer, ça devait être quelque chose pour les veinards qui ont eu la chance de le voir au théâtre. Mais comment ça se fait que je n’ai pas entendu parler de cette pièce avant ??


 

ici avec la bonne

ici avec la bonne

et cette image est difficile à regarder tellement il semble habité par son rôle

et cette image est difficile à regarder tellement il semble habité par son rôle

Commenter cet article

Camille 27/06/2017 15:58

L'histoire a l'air bien d'être celle d'un individu délicat, qui a un âge très tendre semble avoir connu le dégoût et la saleté. Les photos de plateau que vous avez pris le soin de disposer sont presque étrangement trop parlantes : des retours, des regrets, une méditation sur la tragique bêtise, sur la vengeance impuissante sur soi-même...et la mine d'incompris, de foudroyé, et l'amertume d'être amer. Et dire que de ce travail éphémère de l'acteur, il ne reste presque rien !...

Marie 22/04/2017 22:10

Ça donne drôlement envie de le voir… Ah, élections, élections !!!!
Bonne soirée, Palilia.

Palilia 23/04/2017 08:19

Il n'existe pas en DVD, hélas

Nade 29/03/2017 18:44

Je me souviens de l'actrice Annick Roux, d'ailleurs elle joue dans Rabbi Jacob , je pense qu'elle fait l'hôtesse d'accueil à l'aéroport.

Marie 28/03/2017 22:43

Merci Palilia pour ce long développement. C'est comme si on y était !
Alors, finalement, si j'ai bien compris, cette visite va se faire ?
Je brûle d'en savoir plus.
Bonne nuit.
Finalement, c'est incroyable le nombre de pièces classiques, modernes,de téléfilms, de films et de doublages qu'il a faits.

Palilia 29/03/2017 07:09

et il y en a plein d'autres mais pour l'instant aucun avant-scène..