Publié par Palilia

Amédée et Gontran : bleu, beige, rouge

 

Bonsoir à tous : vaincus par la chaleur féroce, la moiteur atroce, les mouches, l’envie de ne rien faire, nos deux bons vieux Surdilandes s’étaient depuis plus d’une semaine retranchés derrière les murs de leur bonne vieille maison.

 

C’est le seul endroit où il faisait 25° quand chez tout le monde le thermomètre dépassait 30° allègrement. Gontran râlait car « en haut » comme il dit, juste à côté du grenier, une fenêtre qui avait perdu un carreau depuis si longtemps qu’il n’y pensait plus, avait fini d’éclater sous un coup de vent, emplissant sa maison d’une intense chaleur.

 

Adhémar, maire et quincaillier de son état eut vite fait de le réparer mais le mal était fait… IL FAISAIT CHAUD mon pauvre, à en crever !

 

Il alla se réfugier tous les jours chez Amédée, bien que l’odeur du logis laissât à désirer. Ca sentait la vieille croûte de fromage, la couenne de jambon et les toilettes mal « chassées ».

 

Bon. Que voulez-vous ! Même en Surdilandie on vend des ventilateurs et l’après-midi, sous les arbres, là où passe le gave, ils ont pu se faire une petite sieste le temps que la maison refroidisse un peu.

 

Ca aurait pu être pire à défaut d’être meilleur. Et les voilà en train de disserter sur le drapeau ci-dessus de mon Pays bloguesque aux trois couleurs bleu, beige, rouge… vous aurez reconnu ces photos issues du téléfilm les Saigneurs avec Claude GIRAUD dans le rôle de Plessis bien sûr. Ils ont fait fort pour le nom (Plessis-Bellières dans Angélique pour mémoire).

 

Très joli film plein de bonnes intentions, un endroit je pense que Claude GIRAUD n’oubliera pas puisque c’était ce qu’il m’avait mis en dédicace et que j’avais trouvé il n’y a pas si longtemps un article de journal parlant de ce tournage.

 

Amédée : mais bon sang ! Pourquoi elle l’a mis avec de la dynamite avec la chemise bleue ? Elle en a de meilleures que ça quand même

 

Gontran : de meilleures de quoi ?

 

Amédée : de photos en bleu voyons !

 

Gontran : hé bé tè ! Je m’en fous à vrai dire mais si elle l’a mis avec ça c’est qu’il y a une raison.

 

(NDLR : Parce que Claude GIRAUD sur cette photo comme dirait Ovomaltine : C’EST DE LA DYNAMIC !)

 

Amédée : non mais…. Pourquoi bleu, beige, rouge ?

 

Gontran : tè moi je pense que là-dedans il ne devait pas avoir de chemise blanche alors tu la connais, elle a pris la beige

 

(NDLR : c’est exactement ça, il est finaud ce Gontran).

 

Amédée : on dirait une mouche de celles qui nous ont tourné autour tous ces jours-ci. A tous les coups elle ne savait pas quoi raconter, elle nous a repêchés dans sa mémoire, y a ajouté sa sauce Claude GIRAUD et ça lui a fait un article.

 

Gontran : boh ! Tu crois ?

 

Amédée : Méntchidat, on commence à la connaître. Déjà qu’elle nous a mis Désirée dans les pattes avec ses glaces à la crème de l’année dernière.

 

Gontran : bon sang, celle-là alors… heureusement qu’Adhémar l’a vue à temps sinon on était quittes pour un bon mal au ventre.

 

Amédée : et le mal au ventre par ces chaleurs, ça te déshydrate les vieux en un tournemain !

 

Gontran : pareil elle l’a fait exprès pour voir si on tenait le coup.

 

Amédée : non mais il paraît qu’elle a voulu en manger elle aussi après et qu’elle s’en est repentie toute la nuit.

 

Gontran : et si le facteur ne nous l’avait pas dit on aurait rien su du tout !

 

Amédée : ah tè, on va demander aux lecteurs du blog Claude GIRAUD ce qu’ils en pensent  : est-ce que vous trouvez normale cette publicité où on voit cette vieille femme dire qu’elle ne veut pas que ses enfants s’occupent d’elle  mais qui paye la poste pour qu’un jeune facteur se sente obligé de boire le café avec elle et de leur envoyer un SMS à la fin pour dire que tout va bien ?

 

Gontran : elle ferait mieux de laisser les enfants lui téléphoner ça ne lui coûterait rien.

 

Amédée : ouais, ça j’ai pas compris. Parce que là ça lui coûte presque 20 € par mois. Ca fait cher de la tasse à café quand même.

 

Gontran: ouh, pucrain ! Je pense qu’elle doit être contente de voir un jeune, ça la change du CLUP du troisième âge et des ateliers tricot 

 

Amédée : et tu crois que chez nous le facteur il est payé pour aller boire un café chez Désirée ?

 

Gontran : elle est bien trop radin : déjà qu’elle ne met que de la chicorée dans son café…

 

Amédée : hé bé tè moi s’ils nous mettaient une jolie factrice, je n’hésiterais pas.

 

Gontran : mais nous on peut pas !

 

Amédée : et pourquoi ?

 

Gontran : parce que nous on n’a pas de famille. A qui tu voudrais qu’elle envoie un message pour dire qu’on va bien ?

 

Amédée : merde alors ! Je n’y avais pas pensé.

 

Tout piteux, tout attristé soudainement à l’idée qu’une future factrice ne pourrait pas passer quelques instants avec lui, Amédée ouvrit la télé sans dire un mot sur l’Equipe 21 parce que là au moins y avait ni politique, ni téléréalité ni « le facteur n’est pas passé ».

 

(NDLR : je leur ai suggéré de visionner les concours de pétanque, j’adore ça, c’est d’une quiétude, d’un repos et le plus beau c’est que c’est vrai : bonsoir les z’amis paliliandes).

Commenter cet article

sylvie 03/07/2017 22:44

En fait toutes les couleurs.

Marie 03/07/2017 16:57

Il est du genre à porter du rouge comme du bleu ou du gris, tout doit lui aller. Mais Dieu que je l'avais trouvé beau en noir dans le rôle de Mortimer des Rois Maudits !!!!!!

Fanfanette 30/06/2017 20:33

Mais le bleu lui va si bien!!!