Publié par Palilia

Le Cavalier du Manoir Bavarois fait ferrer ses chevaux...

 

Aïe Aïe Aïe, qu’il fait chaud en Bavière comme chez nous du reste… pas question d’aller faire échiner ses chevaux dehors…

 

Severus Rogue, le cheval noir du Cavalier du Manoir Bavarois, boitille depuis deux jours. Mais que se passe-t-il ?

 

Fanfanette, les bras chargés d’une grosse bassine de linge mise à sécher au soleil interpelle vivement Karl qui se prélasse sur son tabouret, les pieds chaussés de ses bottes à deux couleurs, en sirotant une bière.

 

 

Fanfanette : il va falloir faire quelque chose Monsieur ! Ce n’est pas une vie pour ce pauvre cheval ! Il ne pourra plus faire son pas Espagnol et vous aurez de plus en plus de mal à partir résoudre vos énigmes.

 

Le Cavalier du Manoir Bavarois fait ferrer ses chevaux...

Du calme répondit Karl après avoir lancé un hoquet sonore, un peu de mousse sur sa lèvre supérieure : le maréchal ferrant va arriver d’un moment à l’autre et je vais tous les y passer, comme ça je serai tranquille. Hans et Jurgens sont partis 15 jours se reposer... 15 jours dans une vie de travail ce n'est pas rien. Karl a donc embauché le monsieur ci-dessous prénommé par mes soins Luigi le Laconique qui passe son temps à vouloir dresser les chevaux.

 

Là-dessus, Luigi le Laconique arrive en courant : « monsieur, monsieur , voilà le maréchal ferrant ! Il a tout plein de fers dans sa malle.

 

Karl : combien de trous ?

 

Luigi le Laconique : hé bien 8 monsieur, pourquoi, vous préférez qu’il n’y en ait que sept ? (* pardonnez-moi mes braves mais j’ai dû aller sur wikipédia pour savoir à quoi ça ressemblait faute d’en avoir un vrai).

 

Karl fila dehors, siffla Severus Rogue, le demi-frère de Albus Dumbledore, le cheval du voisin et se mit à donner ses ordres.

 

Aussitôt le maréchal ferrant fit cuire ses fers, les façonna, les posa, les cloua. Pauvre bête… des clous aux pieds comme nous dans le temps quand on mettait des fers aux chaussures et que ça exaspérait tout le monde parce que ça faisait du bruit, sauf que ça protégeait les semelles, pas vrai ?

 

Luigi Le Laconique récupérait les anciens clous, les anciens fers tout bosselés et les jetait dans un seau en fer. Karl lui demanda ce qu’il comptait en faire. Luigi le Laconique lui répondit « je les garde…. »

 

Encore un qui thésaurise de très vieilles choses qui font râler tout le monde quand il faut vider des greniers alors que ça aurait pu porter chance à tant de malheureux.

 

Nade arriva sur ses entrefaites avec ses fromages de brebis qu’elle avait promis à Karl et demanda ce qu’il convenait de faire pour les sabots des brebis. Karl éclata de rire, l’envoya en cuisine en lui disant que s’il croisait Velofan, il fallait quand même qu’elle lui dise si elle avait lu le livre Batman/superman de Vincent Péréa. Depuis le temps… courage mon amie, moi j’ai tout lu d’un trait,comme ça c’est fait.

 

Par contre je me suis promis de ne plus me laisser avoir par de vagues promesses et des « ma chère Nicole » dans le futur. Donc, les futurs livres resteront… à la fnac.

 

Mais qui fait à manger du coup ? Ohhhhh nous avons Marie et Sylvie qui se racontent les corrections d’examen ; Il faut vite courir leur dire que Karl adore la purée et les saucisses à défaut de manger du foie gras. A mon avis, ça sera pas demain la veille que je lui en porterai. A moi les cèpes bien frits et le canard confit.

 

Car que voulez-vous, Poucinelette étant sporadiquement présente, écoeurée d’avoir dû éplucher des patates pendant des années, elle ne vient plus que pour dire « bon anniversaire M. GIRAUD » une fois par an.

 

Chanette quant à elle doit « feiller sur son chat » ; elle est repartie dans son Alsace natale.

 

Qu’on ne s’y trompe pas : cette histoire peut sembler aussi idiote que si je vous proposais du beurre en branche, mais tout est basé sur des faits réels. Et les faits réels, je ne peux pas les raconter « je les garde... ».

 

Le Cavalier du Manoir Bavarois fait ferrer ses chevaux...
Le Cavalier du Manoir Bavarois fait ferrer ses chevaux...

Dire que ce soir notre Cavalier va devoir repartir sur une enquête au Manoir des Illusions perdues… il paraît à ce qu’il paraît, mais chut, faut pas le dire, que chaque fois que Luigi le Laconique arrive dans un manoir porter son crottin de cheval pour quelques espèces sonnantes et trébuchantes, deux ou trois illusions disparaissent.

 

Et les illusions mes z’amis, c’est dur à retrouver, croyez-moi.

et HOP !

et HOP !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie 28/07/2017 09:31

Très jolie photo avec la petite main. Trop mignon.

Nade 19/07/2017 18:01

C'est toujours un véritable plaisir de servir ce cher Karl !

Marie 19/07/2017 16:33

Elle est géniale cette photo où notre Gigi est sur le cheval à bascule ! Tu l'as eue où, Nicole ?
Pour la purée, je suis d'accord, c'est l'une de mes spécialités mais, en ce moment, avec la canicule…

Palilia 19/07/2017 20:00

j'ai acheté le télé 7 jours d'où elle est issue il y a fort longtemps.Je vais voir si je te trouve tout l'article et je te l'envoie par mail

Fanfanette 19/07/2017 13:07

J'adorais avoir des fers à mes chaussures mais je les perdais régulièrement. J'étais peut-être cheval sans une autre vie.

Velofan 18/07/2017 20:13

J'ai commencé le livre mais en ce moment, entre fatigue et chaleur, j'ai tendance à m'endormir (pas à cause du livre).