Publié par Palilia

celle-là c'est la dernière fois que je la publie

celle-là c'est la dernière fois que je la publie

 

(Merci à Fanfanette d’avoir retrouvé cet article que j’ai beaucoup modifié).

 

Vous le savez j’en ai vraiment marre de tenir ce blog car je n’ai rien de nouveau d’une part et plus le temps d’écrire d’autre part.

 

Aussi, je vais changer le nom ce week-end tout en gardant ce que j’ai fait auparavant et de temps en temps vous viendrez lire si j’ai écrit quelque chose. Autant couper la poire en deux. Et je tiens à nos échanges qui font qu'on a l'impression de se connaître depuis si longtemps.

 

Afin de vous remercier de votre présence pour les personnes les plus assidues, je me suis dit, sur les conseils de FANFANETTE qui y est passée en vrai et qui trouve que cela en vaut la peine car c’est très beau :

 

POURQUOI NE PAS FAIRE UN RASSEMBLEMENT DE FANETTES AU HARAS DE LA CENSE à ROCHEFORT EN YVELINES ?

 

(pour tout renseignement quand à ce haras, allez cliquer dans google, vous verrez, c’est très beau. Autant faire de la pub pour des gens aimables).

 

Amédée et Gontran ne sont quant à eux pas de reste, mince alors, ils veulent venir… voyons… qu’avons-nous en commun ? Un goût pour les films et les photos de Claude GIRAUD qui a lui-même un goût prononcé pour les chevaux… est-ce que ça ne suffit pas pour se faire une petite soirée dans un haras ?

 

Amédée se voit déjà dans le manège couvert, foulant aux pieds le sable fin qui fait trébucher sournoisement les fanettes qui auraient cru utile de mettre des talons hauts pour faire plus chic…

 

(c’est ici que les Athéniens s’atteignirent et que je dois faire un grand nettoyage d’été dans mon premier article car les gens dont je parlais se sont volatilisés comme des moineaux. La colère aidant je leur crie de loin « ils étaient bien mes films ? » car figurez-vous que certaines personnes n’ont même pas jugé utile d’esquisser un trémoussement de la bouche pour laisser passer le filet d’air du merci).

 

Fanfanette toute mince me donne un coup de coude (nous nous sommes planquées à l’entrée pour voir si en plus de tout le monde Mario le Jockey de Sébastien parmi les hommes et Luigi dont nous parlâmes ensemble aujourd’hui, au-delà d’être pour moi des personnages barbants de console de jeux vidéo arrivaient. Hé non c’est ce pauvre Gontran et sa canne qui s’enfonce dans le sable. L’Alsacienne de service, notre Chanette lui tient le coude tandis que Sylvie entreprend de lui faire le résumé de tous les bouquins de Proust qu’elle fait étudier à ses élèves.

 

Amédée et Gontran se sont assis au premier rang : dire qu’ils n’aiment même pas les chevaux et c’est peu dire, ils m’ont déteint dessus.

 

Tè mais regardez, ça doit être Nade…. Mais oui, c’est elle dis-je à Fanfanette car j’ai la photo de Nade, et là-bas c’est Velofan avec son mari et ses enfants, le livre de Vincent Péréa sous le bras pour l’entracte, histoire de lire au moins le résumé quitte à l’avoir acheté la pauvre. Je suis contente qu’ils soient là.

 

Tu crois Fanfanette que la dame qui parle à nos vieux pourrait être Marie-Pierre dite Marie ???? et on voit les chevaux arriver, s’agiter, se dresser sur leurs jambes arrière quand tout à coup l’un d’eux perdit un fer.

 

Mal tiempo ! Amédée vieux et contracturé fut bien leste sur le coup et tenta de l’attraper avec sa canne : « JE LE GARDE… » lui dit d’un ton sévère LUIGI qui doit faire partie de ces gens qui gardent un bout de ficelle même élimé pourvu de n’avoir pas à faire plaisir à quelqu’un. Là, je l’ai dit car tout est dans la raideur de la réponse.

 

Il s’en fout Amédée, il vitupère mais il s’en fout, non mais sans blague. Et pendant ce temps personne, mais alors PERSONNE n’a vu arriver un type aux cheveux blancs, les lunettes sur le nez, en cravate et en jean mou (contraire au jean bien raide) qui s’est assis sur un bitonio de bois et nous dit au bout d’un moment « Mesdames, c’est quand vous voulez... »

 

Claude GIRAUD lui-même.et on ne la même pas vu venir.. la honte ! en chair et en os avec ses lunettes sur le nez et son jean un peu fatigué (le contraire du jean raide quoi). Fanfanette eut quelques sueurs, je rougis de laffront de ne lavoir point vu venir et men fut lui faire une bise sur chaque joue pour laccueillir et le remercier dêtre venu. Sexcusant de ne pouvoir monter à cheval vu son âge et cest tout à fait normal, il  prit le micro et se mit à chanter « pourquoi les faut-il que les hommes sennuient » la chanson de UN ROI SANS DIVERTISSEMENT. Ca a un peu plombé  lambiance mais jai bien expliqué à Amédée et Gontran quon ne pouvait pas hurler « Montagnes Pyrénées » au haras de la Cense, voyons.

 

Gigi sapprocha des gradins, leur tapa sur lépaule, dit un mot à tout un chacun bien gentiment comme il est quoi et demanda à ces gens « voyons, que souhaitez-vous savoir ? »

 

Mon Dieu ! le feu croisé de questions pendant que jallais derrière les coulisses massurer que le repas était en bonne voie. Les bouchons des bouteilles pétaient tous azimuts, Amédée et Gontran entreprirent en riant de leur bouche escachilée (ben oui, il les gardent pas, eux, leurs vieilles couronnes) de raconter leur chasse au sanglier, lépicière qui leur fait des misères, les filles tentaient par ailleurs de poser mille questions, bref, impossible de se faire entendre.

 

JE VAIS MANGER TOUT LE FOIE GRAS ET LES CEPES ! me suis-je exclamée et quand même, le Gigi, il a bougé, ma décerné un sourire éclatant et ma dit « on ne vous a pas beaucoup vue ce soir Nicole ». Hé, je peux pas tout faire non plus !

 

Il mindiqua  le siège à côté de lui pour aller manger ce foie gras qui sentait si bon. Au moment où piochant un morceau de foie du bout de la fourchette pour poser ma sacro sainte question « dites Claude, par hasard, vous nauriez pas une copie de A nous les beaux dimanches ? » Vincent ma dit que Marianne lavait mais il a mangé la commission et jai cherché partout, rien à faire. Au moment où dun grand sourire il commença à répondre « MAIS OUI NICOLE ; »

 

 

Croyez-le ou pas ce pucrain de réveil sest mis à sonner, ruinant tous mes espoirs et ça, croyez-moi, je ne le lui pardonnerai jamais au réveil.

 

Pff. Sinon, pour vous consoler si vous habitez vers chez nous vous avez un très beau festival équestre à Tarbes. Moi, je naime pas les chevaux, tout le monde le sait mais rien ne mempêche den parler.    

Commenter cet article

Velofan 15/07/2017 21:54

Très beau texte, comme d'habitude. Quand je te dis que tu devrais écrire (quantd tu auras le temps évidemment). Le Haras de la Cense me plaît bien mais y dort-on ? Je n'ai rien vu à ce sujet sur Internet où alors je n'ai pas bien cherché. Début 2018 me convient aussi car en ce moment c'est plus que chargé au bureau (je n'ai qu'une semaine de vacances avec mari et enfants cet été). Mais ne nous plaignons pas, certains voudraient bien être occupés.
Bon dimanche à toutes.

Velofan 15/07/2017 21:50

Très beau texte, comme d'habitude. Au moins, c'était un beau rêve... Quand je te dis que tu devrais écrire (quand tu en auras le temps évidemment). Le choix du Haras me plaît bien mais y dort-on (je n'ai pas trouvé ce renseignement sur le site, où alors je n'ai pas bien cherché). Début 2018 me convient bien aussi car en ce moment, c'est un peu chargé au bureau (une semaine de vacances avec mari et enfants) et c'est tout pour cet été. Mais bon, pensons à ceux qui cherchent un travail.
Bon dimanche à toutes.

Marie 13/07/2017 00:05

Trop beau ! J'en ai les larmes aux yeux !
Alors, c'est OK pour Rochefort (juste à côté de chez moi) et on les réclame à grands cris, toi et le monsieur en jean… comment tu dis : un peu fatigué ?
Plein de bisous Nicole

Palilia 13/07/2017 03:07

oui, le pantalon qui flanche vers le bas. Dommage je ne peux pas insérer une image. Cela étant la rencontre des fanettes, si elle se fait en janvier 2018 se fera à Paris et s'organisera par message privé bien sûr

Nade 11/07/2017 22:09

Trop bien Palilia ,ça fait rêver...

Fanfanette 11/07/2017 20:29

C'est du remix vécu, ça !! J'ai bien ri !!